Accueil >> Actualites >> Economie : Les performances de la Côte d’Ivoire sont inédites dans le monde, indique la BAD

Economie : Les performances de la Côte d’Ivoire sont inédites dans le monde, indique la BAD

Abidjan, le 31 janvier 2020 - Au terme d’une revue du portefeuille de la Banque africaine de développement (BAD), le 30 janvier à Abidjan, le Vice-Président, Développement Régional, Intégration et Prestation de Services de la BAD, Khaled Sherif, a indiqué que les performances économiques de la Côte d’Ivoire depuis 2012 sont inédites dans le monde.

« La Côte d’Ivoire est de manière constante depuis plus de cinq ans, dans le peloton de tête des cinq économies du monde les plus performantes, en termes de taux de croissance », a-t-il noté. Ajoutant avec précision que « le pays a réussi à maintenir sur la période un taux d’inflation de moins de 9%. Cela est une performance inédite dans le monde ».

Sherif a, en outre, félicité la Côte d’Ivoire pour ses efforts en matière de gouvernance. « On note une réduction du taux de chômage. Et plus important, il y a une augmentation du niveau de consommation et de la création de richesses », a-t-il relevé.

Il a conclu que « Cela est un bon signe pour les perspectives au-delà de 2020. Plus il y a de richesses, plus la consommation augmente et plus cela crée des emplois ».

L’économie ivoirienne se caractérise depuis 2011 par une excellente gestion macro-économique, avec une croissance forte de 8% en moyenne par an, entre 2012 et 2018, une inflation de 2%, bien en deçà de la norme communautaire UEMOA qui est de 3%.

Le taux d’endettement est de 48% du Produit Intérieur Brut (PIB), sur une norme sous-régionale UEMOA de 70%. Quant au PIB par habitant - indicateur économique reflétant le revenu brut par tête d’habitant - il s’établit en 2019 à 1 704 dollars (plus de 1 million de FCFA), contre 1237 dollars (environ 729 000 FCFA) en 2012, soit une hausse de plus de 38%.

La Côte d'Ivoire a également réalisé des efforts en matière de réduction de pauvreté, dont le taux est passé de 51% en 2011 à 46,3 en 2015, et est estimé à environ 35% en 2019.

Source : Primature

ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET  FORMATION PROFESSIONNELLE